L’intestin et le Cerveau

L’intestin un second cerveau voir Premier ????

De récentes recherches en embryologie ont conduit à une découverte extrêmement intéressante : En effet, les cellules nerveuses de l’intestin proviennent du même feuillet embryologique que celles de notre cerveau.
Donc à un certain moment du développement de l’embryon, des cellules nerveuses du cerveau se sont séparées pour migrer vers le ventre et former, au niveau des intestins un second système nerveux, que l’on appelle le système nerveux entérique.
Alors bien sûr, le cerveau et l’intestin sont bien loin l’un de l’autre, mais on retrouve une communication permanente entre eux par l’intermédiaire du nerf vague ou nerf pneumogastrique.
Et d’ailleurs, comme le cerveau, l’intestin possède des neurones, plus de 100 millions, et on y retrouve l’essentiel des neurotransmetteurs (au moins 20) du cerveau (sérotonine, acétylcholine, noradrénaline, dopamine, etc…).

La sérotonine par exemple que nous connaissons bien parce qu’elle influence notre bonne humeur et nos états d’âme, est produite presque en totalité par les cellules nerveuses de l’intestin.(95%)
Cette découverte des rapports très étroits entre l’intestin et le cerveau est révolutionnaire et Michael GERSHON, professeur d’Anatomie et Biologie Cellulaire de l’Université de Columbia aux Etats-Unis, a écrit un livre devenue célèbre « The second Brain » paru en 1999.
Et d’après Michael Gershon ce « cerveau intestinal » serait capable de se souvenir ; Il participerait à l’élaboration des rêves et serait à la base de l’inconscient.
On retrouve une autre curiosité, l’anagramme — T-R-I-P-E-S — E-S-P-R-I-T Et dans l’histoire certains philosophes s’en sont déjà étonnés. Bouddha lui-même disait « qu’un sage était quelqu’un dont les intestins fonctionnaient bien ».
On retrouve en Chine une technique le Chi Nei Tsang qui concentre son travail sur toute la sphère abdominale. Par le biais de l’énergie des organes internes elle agit sur le psychisme en résolvant les tensions et elle restaure la vitalité physique comme psychique.
Il n’est point besoin de rappeler que lorsque l’anxiété nous tenaille (cerveau), c’est une diarrhée qui se manifeste (intestins), le rapport est étroit entre les deux organes. Toute perturbation intestinale est instantanément transmise au cerveau, en provoquant une modification de la perméabilité de la barrière hémato-encéphalique (hyperperméabilité cérébrale) avec sensation de fatigue.
Et comme dans beaucoup de nos organes on y retrouve deux fonctions, physiologique et psychique. Et en ce qui concerne l’intestin c’est le péristaltisme (physiologique) qui permet d’évacuer les résidus du bol alimentaire non digéré, et le psycho-péristaltisme qui digère les résidus métaboliques des tracasseries émotionnelles, stress, fortes émotions, angoisses, etc…
On voit ici l’importance de la détente, du sommeil, de la relaxation.
De même une alimentation déséquilibrée, particulièrement grasse, ou dépourvue de fibres alimentaires, perturbe la relation intestin-cerveau et peut être responsable d’un dysfonctionnement du métabolisme. Cela peut aboutir u à une prise de poids, une hyperglycémie ou une insulino-résistance. La dépression, en dehors des facteurs de stress courants, peut être la conséquence de cette perturbation intestinale, comme toutes les maladies inflammatoires (arthrite, polyarthrite rhumatoïde, spondylarthrite ankylosante, obésité, maladies cardiovasculaires, maladies neuro-dégénératives, diabète, etc…). Sans omettre une des deux grandes causes infectieuses que sont les parasitoses et surtout les candidoses.
On peut, bien sûr effectuer le grand nettoyage au moyen d’une purge, d’un lavement ou de l’hydrothérapie du colon, qui peuvent assurer la grande lessive aussi bien des matières fécales séchées, que des résidus d’ordre psychique, difficiles à évacuer.
Mais il existe une autre solution par le biais de l’alimentation, et cette solution me paraît plus harmonieuse et moins traumatisante pour nos intestins, pardon pour notre second cerveau.
Une cure de fruits juteux et de jus de fruits peut par exemple effectuer une bonne lessive. Pendant une semaine par exemple vous pouvez remplacer le repas du matin et du midi par des fruits juteux de sorte que vous pourrez encore vaquer à vos occupations sans inconvénients majeurs, tout en nettoyant un organe aussi essentiel que votre intestin.
Ce système a pour avantage de nettoyer l’intestin grêle comme le gros colon. Car ce sont les résidus de l’alimentation qui s’accumulent et on y retrouve aussi bien des déchets alimentaires que des restes d’hormones de nos émotions. On allège la charge alimentaire, on opère un balayage et on se retrouve avec un intestin propre, ce qui permettra à nos précieux entérocytes de fonctionner au mieux de nos intérêts, Cette façon de procéder qui est centrée sur nos intestins permettra également de se débarrasser de toutes les tensions, angoisses, dépression, et de tous tracas psychique qui ont la plupart du temps pour origine ce précieux « second cerveau ».
Ceci confirme s’il en était besoin que nous devons considérer l’organisme comme un seul organe et que toute médecine ne peut être que globale, sinon elle sera vouée à l’échec. Mais le point de départ de toute bonne thérapeutique se trouve bien là, en plein centre de notre corps, dans nos intestins pour qui nous devons toujours être aux petits soins, tant leur importance est grande pour notre qualité de vie.

About these ads

Publié le mars 11, 2013, dans Uncategorized. Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

%d bloggers like this: